Avertir le modérateur

03/11/2008

La fin des poulets en batterie en Californie ?

Le 4 novembre, les américains élisent leur président mais pas seulement.mutts_prop_2_strip.jpg

Plus de 150 référendums d'initiative populaire sont organisés dans 36 Etats. Les thèmes clefs : les droits des homosexuels, la discrimination positive, l'avortement, l'environnement et... les droits des animaux.

Aux Etats-Unis, un groupe de citoyens peut demander par pétition qu'une question soit portée devant les parlementaires ou qu'elle fasse l'objet d'un référendum. Pourcentage d'électeurs nécessaires pour la mise en oeuvre d'un tel scrutin en Californie : 5% des électeurs ayant voté pour la précédente élection du gouverneur, soit environ 400 000 personnes.


Entre autres questions, les votants californiens devront se prononcer pour ou contre la mise en place d'un espace vital minimum pour les animaux d'élevage. Si la proposition est adoptée, les cages des animaux devront leur permettre de se retourner librement, de s'allonger, de se tenir debout et d'étendre leurs membres (ou ailes). Il n'est pas encore question de laisser sortir les bêtes à l'air libre mais c'est peut-être la fin des poulets en batterie. Premiers animaux concernés : les truies et les poules pondeuses.

 

Mais attention, pas de quoi rire, la question est très sérieuse. L'industrie des oeufs en Californie pèse près de 650 millions de dollars. Et les éleveurs qui ne respecteraient pas la disposition risqueraient une amende de 1 000 dollars et jusqu'à 6 mois de prison.

 

Les défenseurs d'un amendement constitutionnel sur le sujet dénoncent la cruauté dont sont victimes les animaux.

 

Les détracteurs de la "proposition 2" la trouvent trop risquée et surtout trop chère à mettre en place. Selon une étude de l'University of California Agricultural Issues Center, la production coûterait 20% plus chèr que le système actuel et la quasi totalité des gros industriels quitteraient la Californie pour les Etats voisins dans les 5 ans qui suivront la mise en oeuvre de la proposition.

 

L'impact économique pour les grands industriels : une augmentation des coûts de production, donc une productivité réduite et un manque à gagner pour l'Etat de plusieurs millions de dollars, en raison de la réduction des taxes locales perçues sur la production.

Que tout le monde se rassure, si le oui l'emporte, la proposition ne devrait pas être mise en place avant le 1er janvier 2015.

 

Anne Cantener

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu