Avertir le modérateur

04/11/2008

Obama est-il noir ?

282945-01-04.jpg

"Trop" noir pour les uns, "pas assez" noir pour les autres, la question de la couleur de peau d'Obama aura quelque peu pourri le débat présidentiel. Le camp républicain, tout en se défiant bien de tomber dans les attaques racistes, aura joué à fond la carte des "origines" du sénateur de l'Illinois. Et Barack Obama s'en est plutôt bien tiré.


"Je suis prisonnier de ma propre histoire: je ne peux pas m'empêcher de voir l'expérience américaine à travers le prisme d'un Noir à l'héritage métissé, gardant sans cesse à l'esprit que des générations d'hommes et de femmes qui me ressemblent ont été asservis et stigmatisés, toujours conscient des manières subtiles et moins subtiles dont l'appartenance à une race et à une classe sociale continue de modeler nos vies."

Martin Luther King? Jesse Jackson? Non, Barack Obama.

Le candidat à la présidentielle américaine, qui a esquivé tout au long de la campagne présidentielle la question de la "race" -terme généralement employé aux Etats-Unis-, s'exprime dans ce passage de L'Audace d'espérer* sur ses origines afro-américaines.

282654-01-04.jpgNée d'une mère blanche originaire du Kansas et d'un père venu du Kenya, Barack Obama a grandi à Hawaï, l'un des Etats américains les plus métissés. Il a voyagé et grandi en partie en Indonésie, et a fréquenté les bancs de Harvard. Une situation loin de celle de la majorité des Noirs américains, fortement touchés par le chômage et dont 50% a eu des démélés avec la justice.

"J'occupe une position qui me protège de la plupart des plaies et bosses que le Noir moyen doit endurer", avoue le sénateur de l'Illinois dans son autobiographie. Barack Obama le reconnaît: "Mon éducation personnelle n'est en aucun cas typique de la minorité noire."

Signe que la question de la couleur de sa peau est difficilement évitable, le candidat démocrate y a consacré un chapitre de L'Audace d'espérer. Il y évoque sa recherche d'identité et les humiliations qu'il a lui-même subies par le seul fait qu'il était Noir. "Je connais le goût amer de la colère ravalée", lance Barack Obama qui dit avoir parfois été pris pour un portier par le simple fait qu'il était noir et attendait devant l'entrée d'un hôtel.

Le sénateur de l'Illinois, qui compare ses réunions de familles à une "assemblée de l'Onu" refuse de céder au communautarisme.

"Il n'y a pas une Amérique noire et une Amérique blanche et une Amérique latino ou asiatique, soutient-il. Il y a les Etats-unis d'Amérique."282469-01-04.jpg

Une position qu'il a soutenue tout au long de la campagne présidentielle, se posant en candidat de "tous les Américains". Une stratégie rassembleuse, et qui semble marcher, malgré les tentatives républicaines pour effrayer l'électorat. "Je suis Américain", n'a cessé de répéter John McCain, sous-entendant que son rival l'était moins. Sans céder aux tentations racistes, John McCain a laissé sa colistière et ses équipes de campagnes instiller le doute sur l'identité américaine du démocrate, soulignant par exemple son deuxième prénom, Hussein.

Des attaques auxquelles n'a pas répondu Obama, qui a répété son message rassembleur faisant confiance à son électorat. Dans L'Audace d'éspérer, il rappelait déjà le voeu de Martin Luther King: "Nous ne devons pas être jugés à la couleur de notre peau mais à la qualité de notre caractère."

*L'Audace d'espérer, de Barack Obama, aux Presses de la Cité, avril 2007, 368 pages, p.18

Pauline Froissart

19:07 Publié dans Portrait | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : obama, noir

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu